Le gouvernement du Canada annonce l’octroi de fonds pour sensibiliser davantage la population au trouble du spectre de l’alcoolisation fœtale (TSAF)

Financement pour la sensibilisation au TSAF

Le trouble du spectre de l’alcoolisation fœtale (TSAF) est la principale cause connue de troubles du développement évitables chez les Canadiens. Il touche le cerveau et le corps des personnes qui ont été exposées à l’alcool avant leur naissance. Les personnes atteintes du TSAF peuvent éprouver des troubles mentaux, physiques, comportementaux et d’apprentissage tout au long de leur vie. Elles peuvent également se heurter à certaines difficultés liées aux habiletés motrices, à la santé physique, à l’apprentissage, à la mémoire, à l’attention, à la régulation émotionnelle et aux aptitudes sociales. Le gouvernement du Canada reconnaît que le TSAF est un grave problème de santé publique et est résolu à aider les Canadiens à lutter contre ce trouble et à le prévenir.

L’honorable Ginette Petitpas Taylor, ministre de la Santé, a annoncé aujourd’hui qu’une somme de près de 1 million de dollars sur quatre ans sera versée à l’Association pour la santé publique du Québec (ASPQ) pour son projet intitulé TSAF : en parler pour mieux agir.

Dans le but de lutter contre la stigmatisation associée au TSAF partout au Québec, l’ASPQ élaborera et mettra en œuvre une campagne bilingue de sensibilisation pour diffuser des messages sur la prévention du TSAF et les risques que comporte la consommation d’alcool pendant la grossesse. Afin d’orienter la campagne, l’ASPQ aura recours à des analyses documentaires et à des sondages auprès de la population qui permettront de déterminer à quel point les Québécois connaissent et comprennent le TSAF et les préjugés connexes, ainsi que les pressions sociales qui y sont associées, la consommation d’alcool chez les femmes et les stratégies de marketing ciblant les femmes employées par l’industrie de l’alcool. (Plus d’infos…)